L’histoire du yerba mate

Le yerba mate est une espèce amazonienne qui aujourd’hui se consomme bien au-delà du territoire sud-américain. Les feuilles sont soit mâchées, soit infusées. Elles possèdent de nombreuses vertus très bénéfiques pour la santé. Son action sur le cœur, la digestion, les reins, le vieillissement et la fatigue en font une excellente boisson du quotidien. Bien que faisant partie des boissons contenant de la caféine la plus consommée au monde, le maté est plus ancré dans la culture sud-américaine.

C’est là qu’il tire ses origines. Pourtant, aujourd’hui, les feuilles sont exportées au Liban et en Syrie. Il y a également de nombreux consommateurs en Espagne et au Portugal. La France est également exportatrice de ces feuilles. Depuis les premières plantations jusqu’à aujourd’hui, le monde a traversé de nombreuses années. Quelle est l’histoire de cette plante aux multiples vertus ?

Pour en savoir plus sur le lien de l’argentine à propos du maté lisez cet article

Les premiers consommateurs de maté

Il s’agit du peuple Guarani. Ce sont les premiers à consommer le maté sous ses différentes formes. C’est une population amérindienne dont l’influence s’étendait à la fois au Paraguay, dans le nord de l’Argentine et dans le sud du Brésil.

Les raisons qui poussaient ce peuple à consommer l’herbe de maté étaient le besoin de chasser la fatigue et l’effet relaxant qu’elle produit. Les feuilles étaient également utilisées dans la médecine traditionnelle pour soigner et guérir les maladies.

L’intensification de la culture du maté

Au début de son histoire avec le peuple Guarani, la culture du maté n’avait aucun but économique. Sa consommation et son utilisation faisaient partie du quotidien. La production du yerba mate n’avait qu’un caractère social et culturel. Cependant, les enjeux autour du maté sont devenus tout autres.

Pour vous aidez à choisir votre calebasse maté rendez vous sur ce comparatif

En effet, l’arrivée des jésuites d’Espagne sous le règne de Philippe III dans le bassin du Paraná bouleversa les raisons de production du maté. Ils mirent en place une organisation de la production. Cela revêtit un intérêt économique, car la culture du maté fit la richesse des missions jésuites. Les Guarani étaient donc employés par les missionnaires espagnols. D’où l’appellation « thé des Jésuites »

La révolte des peuples autochtones

La production qui naquit au Paraguay s’étendit à d’autres pays. Ainsi, le Chili, la Bolivie, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay devinrent aussi des producteurs de maté. Malheureusement, cette production intensive ne faisait que la richesse des missionnaires jésuites. Cette situation convenait de moins en moins aux différents peuples employés pour le travail. Les gouvernements locaux ont donc sonné la révolte qui finira par aboutir au départ des jésuites.

La découverte du maté en Europe

L’Europe n’a connu le maté que tardivement. Ce fut au XVIe siècle. C’est grâce à des récits de voyageurs contant les habitudes amérindiennes que l’herbe fut découverte sous d’autres cieux. Après, les explorateurs en ramenèrent en Espagne qui petit à petit fut conquise par la boisson.

Le yerba maté aujourd’hui

Le maté fait corps avec les pratiques et les cultures sud-américaines. Que ce soit pour discuter, fêter, jouer, se reposer, le maté est presque toujours présent. Il représente même un symbole national pour de nombreux pays du continent. Le fait de siroter du maté dans sa calebasse à l’aide de la bombilla est une pratique désormais répandue et presque banale.

A lire aussi : Comment choisir un rafraîchisseur d’air ?

Les commentaires sont fermés